Économie et Développement

La Faculté d’Economie et Développement a reçu de la CENCO la mission de former des cadres capables de promouvoir dans un esprit chrétien les actions de développement dans le pays et d’étudier scientifiquement les problèmes sociaux et de rendre opérationnelles les solutions envisagées sur la base de l’enseignement social de l’Eglise et des options fondamentales de la Conférence Episcopale Nationale du Congo en la matière.

            Les études de base s’échelonnent sur cinq années, soit 3 années de graduat et 2 années de licence. Le programme de licence peut être complété par celui de l’Agrégation de l’enseignement secondaire du degré supérieur (organisé par le Département d’Agrégation de l’enseignement secondaire du degré supérieur), qui habilite le licencié à enseigner dans les écoles secondaires.

            Au niveau du troisième cycle, les étudiants peuvent acquérir les grades de Diplômé d’Etudes Approfondies, de Docteur et d’Agrégé de l’enseignement supérieur en Economie et développement.

            Il est en outre organisé au niveau du troisième cycle un programme conduisant au diplôme spécial en Economie et développement. Les cours s’étalent sur 2 ans.

OBJECTIFS EDUCATIONNELS

            La Faculté d’économie et développement a comme objectif de former des spécialistes qui, imprégnés par l’Evangile et par l’Enseignement social de l’Eglise, soient capables d’insuffler l’esprit chrétien dans toute entreprise à laquelle ils collaborent, pour que celle-ci contribue au développement intégral de l’homme et de la société.

            Le diplômé en Economie et Développement doit être apte à concevoir, à coordonner et à diriger une action de développement au niveau de l’Etat, d’une province, d’une localité ou de tout autre entreprise, en analysant les influences intersectorielles et en conduisant les responsables de ces secteurs à la collaboration dans une même vision du développement.

            Le diplômé en Economie et Développement est appelé à œuvrer au sein des institutions étatiques, des institutions nationales et internationales et des organisations initiées par l’Eglise, la société civile et l’Etat, afin de les aider à rationaliser leurs décisions et à les orienter en fonction du bien commun de la société.

            Il doit être à même d’analyser correctement les besoins, de définir les objectifs d’une action, de concevoir et de mettre en place une stratégie d’action, d’évaluer un projet de développement et de proposer des remèdes.

            Le diplômé en Economie et Développement doit être un économiste d’un type nouveau qui ne théorise pas uniquement à partir des principes et des lois de l’économie de marché, mais qui comprenne que le premier objectif de notre pays est d’initier la croissance et le développement dans les conditions actuelles qui requièrent la combinaison des stratégies et le recours à la théorisation et à la modélisation fondée à la fois sur les faits et sur les valeurs éthiques.

            Il doit être capable de s’intégrer dans une équipe de travail. Etant investi de certaines responsabilités, il apportera à ses collègues, ses supérieurs et ses subordonnés, la vision et les techniques de réalisation d’un développement intégral. En collaboration avec les autres instances de la société, il doit être capable de mettre lui-même la main dans la pâte. Il doit être en contact direct avec la population et réaliser lui-même certaines actions concrètes et être capable de créer lui-même une petite entreprise industrielle, agricole, sociale, commerciale, éducative, etc.

            Le diplômé en Economie et Développement doit, dans son comportement, servir de modèle dans le milieu concret où il vit. Cela suppose un esprit de renoncement en vue de contribuer à un développement communautaire intégré. Car le peuple ne peut accepter de s’engager dans les exigences du développement intégré qu’entraîné par des modèles crédibles. Le diplômé en économie et développement doit être un animateur, un coordonnateur et un organisateur dans l’esprit des options des évêques du Congo.

La Faculté d’économie et développement dispose d’un Bureau de Professionnalisation dont les tâches principales sont les suivantes :

-prendre les contacts avec les entreprises pour les visites guidées des étudiants ;

-programmer les stages des étudiants dans les entreprises ;

-maintenir les liaisons permanentes et les relations publiques avec les entreprises ;

-organiser les questions de vulgarisation : publication des prospectus présentant la Faculté, les bulletins d’information sur les activités professionnelles, montage des émissions radio-télévisées, etc ;

-coordonner les banques des données informatisées relatives aux recherches en développement et encadrer les étudiants dans leur apprentissage des outils informatiques ;

-organiser les séminaires et colloques prévus par la Faculté ;

-servir de consulting expertise ou ingénieur-conseil. La centralisation des informations sur les entreprises et les diocèses sera un préalable pour des études de faisabilité ;

-servir de relais pour les étudiants entre eux d’une part, et entre les professeurs, les étudiants et les gens de l’extérieur d’autre part, par le biais du service de vulgarisation, transmission des théories, initiation à d’autres méthodes de vulgarisation agricole en vigueur dans les organismes comme la Banque Mondiale, etc. ;

-créer un service de placement des diplômés et une association des anciens diplômés de la Faculté en vue d’échanger des idées créatrices d’entreprises et savoir ce que ces diplômés font dans la vie active ;

-promouvoir la recherche-action.

La Faculté d’économie et développement dispose aussi d’un Observatoire d’Economie Politique et de Développement Humain qui poursuit les objectifs suivants :

-constitution d’un Laboratoire et d’une base des données enmatièrededéveloppement humain et lutte contre la pauvreté ;

-organisation des ateliers sur base des documents de travail présélectionnés dont certains seront sélectionnés pour la publication ;

-organisation des stages de recyclage en Belgique pour les Professeurs fortement avancés dans la préparation des articles ayant trait aux thèmes annuels de l’Observatoire ;

-encadrement au niveau local des doctorants bénéficiaires du financement duVLIR, dans le cadre du projet Initiative propre entre l’IPGD/UA et la FED/FED dont le Prof. Marysse est Promoteur, et qui travaillent dans le domaine de la pauvreté.