Exclusif : 5 questions au Professeur Abbé François YUMBA wa KUMWENDA après son séjour à l’Université de Montréal au Canada

interv

  1. Voudriez-vous bien brosser la portée de votre visite au Canada.

R/C’est dans le cadre de l’accord signé entre l’Université catholique du Congo et l’Université de Montréal que je suis allé enseigner comme Professeur invité. En effet l’accord prévoit l’échange de personnels pour des périodes pouvant aller de quelques jours à quelques mois. Par cette collaboration, les deux Universités entendent établir des canaux de communication qui permettent l’échange des connaissances scientifiques dans le but d’accroître nos activités de recherche et de formation.

2. En quoi votre séjour aura été fructueux dans le cadre de la coopération entre les deux universités ?

R/Je soulignerais deux domaines qu’il convient de retenir : la recherche et la formation. La grande et riche bibliothèque de l’université de Montréal offre un cadre qui favorise la recherche. Les échanges avec nos collègues canadiens autour de nos recherches nous ont permis de cibler quelques projets communs de recherche. Concernant l’enseignement, l’intégration des NTIC est très avancée.

3. A votre avis, que seraient les avantages et les opportunités dont l’UCC pourrait tirer de cette coopération ?

R/Dans cette coopération concrétisée entre autres par mon séjour à l’Université de Montréal, il y a plusieurs avantages ; je ne pourrais pas les énumérer tous. De façon globale, le grand avantage est celui de décloisonner nos recherches et de désenclaver la formation. Cette collaboration nous offre une opportunité d’entrer dans un grand réseau de recherche et de formation communes.

4. Quel message apporteriez-vous aux chercheurs de l’Université catholique du Congo (Professeurs, assistants et étudiants) afin de tirer profit au maximum de cette coopération ? (Aviez-vous rencontré quelques difficultés durant votre séjour canadien ?)

R/Le principal conseil que je pourrais adresser aux chercheurs de notre Alma Mater est d’avoir des projets de recherche précis et de s’ouvrir à l’espace que nous offre la coopération entre l’Université catholique du Congo et l’Université de Montréal, et d’autres encore.

Nous sommes au début de notre coopération, et chaque début a des difficultés. J’ai eu l’honneur d’aller représenter notre Alma Mater, mais il fallait faire face aux différents aspects liés au contexte, sans parler du décalage horaire et des conditions climatiques.

5. Comment entrevoyez-vous l’avenir de l’Université catholique du Congo dans le cadre de cette coopération ?

R/Lors de la rentrée académique, notre Recteur le Professeur Léonard Santedi nous avait exhorté tous de rêver ensemble afin que ce rêve devienne une réalité. Le rêve du Recteur est de faire de l’UCC une grande Université au cœur de l’Afrique. C’est ce rêve que je partage ; par cette coopération et avec l’implication de tous, notre Alma Mater sera une grande Lumen super flumen.

Propos recueillis par

Stéphane YUMA (Presse UCC)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *