Les étudiants s’en vont en guerre contre l’insalubrité

etudiantLes étudiants de l’Université Catholique du Congo (UCC), les religieux comme les laïcs, se sont décidés de faire de leurs campus de Limete et de Mont-Ngafula, un « paradis » sur la terre. Ils s’en vont en guerre contre l’insalubrité sur ces campus.

Dans une ville où l’insalubrité est la règle et la salubrité l’exception, cette initiative revêt une signification toute particulière. A y regarder de près, l’engagement des étudiants de l’UCC pour la propreté ne concerne pas seulement leur Alma Mater qui n’est pas insalubre, mais, par-dessus-tout, il est destiné à l’ensemble de la société. Conformément à la devise de l’UCC, lumen super flumen (la lumière au-dessus du fleuve), ils veulent servir de modèle en matière d’assainissement de leur environnement. A l’UCC, la conscience écologique se traduit par des éco-gestes qui consistent à garder les toilettes toujours propres ; à ne pas transformer les auditoires en réfectoires ou en salon de coiffures ; à jeter les déchets de ce qui consommé dans la poubelle ; à ne pas salir les murs, les garde-fous ou les pots de fleurs. Pour bien mener cette campagne, ils disposent d’un support de communication approprié. Il s’agit d’un prospectus qui indique comment se comporter sur le campus afin de le garder propre. Ils se sont organisés en groupes : le noyau qui, grâce à l’appui des autorités académiques, a conçu ce support de communication ; l’équipe de sensibilisation, constitué d’une étudiante et d’un étudiant par promotion. Cette équipe travaille en collaboration avec les chefs de promotion et est chargée d’éveiller la conscience écologique de leurs camarades et de veiller à la propreté dans les auditoires et sur le campus. Tous scandent un seul slogan : « mon campus n’est pas une poubelle ».

Pudens Malibabo

Charge de communication

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *